Limez-moi la hanche, ce sera mieux pour le sport (Rue89.com)

Publié le par avchd-bruno

Renée Greusard
Journaliste
 

Gustavo Kuerten, dit « Guga », a du mettre un terme à sa carrière en 2008, à cause de gros problèmes de hanche (Bruno Domingos/Reuters)

 

Le traitement peut sembler étrange ou barbare. Il s'agit de raboter les os de la hanche ou de les limer pour gagner en souplesse. Aux Etats-Unis, selon le New York Times, cette opération est de plus en plus pratiquée, surtout sur des sportifs.

Mais pourquoi ? Faire beaucoup de sport déformerait-il donc la hanche ? « On n'est pas très sûrs », explique le docteur Frédéric Laude, chirurgien de la hanche et du genou, à la clinique du sport à Paris.

« Ce qui est certain, c'est qu'il y a beaucoup de malformations de la hanche chez les gens qui ont fait du sport de manière intensive. »

Bords de hanche irréguliers

Quel est le problème ? Des hanches dites « aux bords irréguliers ». Frédéric Laude :

« La tête du fémur se déforme légèrement, elle n'est plus bien ronde, et l'os s'agrippe. On va donc limer la petite bosse apparue. »

Au niveau de l'articulation, l'os frotte contre les « parties charnues » avec pour risques un effilochage des tendons ou une déchirure des muscles. On appelle cela le conflit de la hanche.

En rabotant les os et en les lissant, les médecins entendent protéger leurs patients sportifs de blessures et d'arthroses futures, mais aussi de répercussions directes sur le fonctionnement du genou.

Parmi les stars américaines qui ont déjà subi cette opération, on trouve entre autres Alex Rodriguez, un joueur de baseball très connu et le sprinteur Tyson Gay.

Une coquetterie ? Pas du tout, précise Frédéric Laude.

« La chirurgie de confort, ça n'existe pas. On n'opère que des gens qui en souffrent. C'est une vraie gêne qui a ruiné la carrière de pas mal de monde. Gustavo Kuerten ou Andre Agassi par exemple. »

Les adieux de Gustavo Kuerten à Roland Garros

Et si l'os repoussait une fois limé ?

Dans un article de vulgarisation qu'il a écrit sur la question, le docteur Laude développe :

« Ce passage à la chirurgie ne va, bien sûr, s'envisager qu'avec des patients motivés, douloureux dans leur pratique sportive ou dans la vie de tous les jours.

Il faut savoir que sauf arrêt complet du sport incriminé, les lésions n'ont aucune tendance à guérir spontanément. L'aggravation est la règle et conduit de manière inéluctable à l'arthrose de hanche. »

En France, l'opération coûte environ 500 euros et n'est pas encore remboursée par la sécu, ce qui fait pester Frédéric Laude.

« Ça fait dix ans qu'on leur réclame, mais ils ne sont pas très réactifs. On va finir par l'avoir, c'est sûr, mais ils traînent.

En attendant, on utilise le code d'une opération proche pour que les patients soient remboursés. »

Aux Etats-Unis, cette chirurgie est de plus en plus utilisée, sans semble-t-il faire consensus puisque le New York Times relate des dissensions dans la communauté scientifique.

Aucun chercheur ne juge l'opération néfaste mais certains s'interrogent sur son intérêt et son efficacité. Et si ces formes irrégulières, ces bosses n'étaient que des variations normales ? Et si les os repoussaient après avoir été rabotés et limés ?

« Non », répond, catégorique Frédéric Laude.

« Le problème de cette opération, c'est que tout le monde ne sait pas la faire. Ce qui est possible, c'est qu'un médecin ne rabote pas tout le conflit et que le patient soit encore gêné. Dans ce cas, le conflit n'est pas enlevé ou pas assez, mais l'os ne repousse pas. “

Les médecins dubitatifs remarquent aussi que souvent le rabotage est associé à une réparation des tissus déchirés. Selon eux, il est donc difficile de comprendre qui du rabotage ou de la réparation soulage, ou si encore ce sont les deux en même temps.

Le NYT cite ainsi le docteur Harry E. Rubash de l'école de médecine de Harvard qui déclare :

‘Personne n'a prouvé que cela aide systématiquement le patient.’

Le fruit d'un chirurgien suisse

Pour Frédéric Laude, il n'y a pas vraiment de débat.

‘C'est une technique novatrice et comme à chaque fois, il y a des gens que cela effraie. Mais honnêtement, il commence à y avoir un consensus sur cette question. C'est clair que ça guérit des patients.’

Le docteur s'amuse de l'emballement soudain autour de cette opération dont peu de monde parlait avant que les Américains ne s'y intéressent.

Il rappelle qu'elle est née en Europe, et qu'elle a été développée par un chirurgien suisse, Reinhold Ganz, il y a quinze ans. Lui la pratique ‘depuis au moins douze ans’. En France, ils ne sont, selon lui, pas plus de dix chirurgiens à limer les hanches.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article